Féérie de la lumière à Tokyo

Soir de grâce à Tokyo midtown…

Dans le calme discret d’une soirée nippone,
Où tout respire entre le monde et son mystère
Glissant dans un frisson léger de fin d’automne
Dans l’ombre éclot un songe enchanté de lumière

Déjà des pas légers aux furtives allures
Complices ou curieux se joignent tendrement

L’âme s’égaie les cœurs se fondent en murmures
La vie fait rayonner ses prunelles d’enfants

Comme on connaît ces feux où Noël se projette
On croit pouvoir prêter ses rires à la fête

Mais soudain suspendue dans l’écho du silence
La lumière animée téléporte le monde en un espace de beauté fragile, secrète, indestructible

Comme une mémoire assourdie, retrouvant le chant de son rêve
Comme l’assaut troublant d’un monde intime où la réalité se régénère

Comme l’horizon se révèle, au lieu même où il se transgresse
Où tout bascule, en son mystère…

Soudain, la nuit n’est plus
Que l’accomplissement de l’être

Dans l’entrebâillement du monde (Et dans l’embrasure du monde)
Nous voici témoin, enfantant, du mouvement de l’aube à naître…

Déjà enfin
À présent

Que la lumière soit…
Et l’insondable fut !
Impénétrable
Caché dans la beauté du monde,
L’immense Impossible apparut,
Indéfectible

Et nous connut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *