Apollo 11 : RIP, Neil Armstrong !

RIP, Neil Armstrong !

Quelle aventure, tout de même !

Même s’il y a bien sûr d’autres domaines – dans l’exploration de la conscience et l’expérience de la réalité du monde, dans l’art et la célébration conjointe de la transcendance et de l’immanence du réel, dans la communion universelle de l’âme et de l’esprit, dans l’expression de la liberté et l’amour de la vérité –, où l’humanité accomplit des prodiges profondément émouvants, d’une grâce bouleversante et desquels on pourrait dire la même chose, voire davantage, il me semble tout de même que, pas plus que moi-même, personne n’a réellement de mots pour décrire le sens et la portée de cet accomplissement d’homo sapiens que représente l’aller-retour de juillet 1969 sur la Lune, et que le niveau où il nous parle est à la fois plus intime que le cœur même de notre personnalité singulière, et plus vaste que l’espèce ou l’écosystème même en lequel nous communions avec la Vie.

Au-delà des mots, au-delà de la pensée et de la cognition consciente.

Parlant directement à l’être, comme une clé activant un programme inconnu bien qu’impossible à ignorer, assumant une fonction d’un ordre nouveau, qui nous dépasse mais à la fois nous mobilise entièrement, et nous fait participer à un plan de nous-même resté insoupçonné, mais absolument essentiel.

Le cosmos n’est pas vide de nous-mêmes.

Il est présent en nous, comme nous sommes présents à sa propre présence…

Pas de mots. Pas d’explicitation.

Un simple événement. Véritable.

Repose en Paix, Neil Armstrong !

1 pensée sur “Apollo 11 : RIP, Neil Armstrong !”

  1. Bonjour,
    Merveilleux hasard des tribulations sur internet. Effectuant pour les besoins d’un livre des recherches sur la pérennité des ondes Hertziennes dans l’espace, une succession de ricochets m’a amené, via votre remarquable intervention à la conférence TEDx de Paris, jusqu’à votre site et l’hommage rendu à Neil Armstrong.
    Je suis écrivain et scénariste Bd dont le dernier sujet (un homme à la dérive retrouvant une motivation existentielle par sa décision de rencontrer Neil Armstrong) s’est, suite à cette triste disparition, perdu dans les étoiles.
    Si m’avait été donné la possibilité de rencontrer un habitant – contemporain ou non – de cette planète, j’aurais sans l’ombre d’une hésitation choisi Armstrong, l’homme qui à jamais restera le premier à avoir foulé un sol autre que la terre, et que chaque humain aura selon l’époque, contemplé avec crainte, respect, incompréhension, défi, mélancolie, espoirs… cette époque fut la mienne, la page de ce 29 juillet est tournée – tout au moins dans sa version moléculaire -, la double coïncidence de ma navigation vers votre site l’aura cependant ranimé un instant…
    A ce propos, si vous pouviez avoir la gentillesse de me confirmer la permanence des programmes hertziens voyageant à travers l’espace (en dépit de nombreuses recherches, ne suis toujours pas sûr de crédibilité de mes sources), qui sait si mon premier sujet ne pourrait recommencer… ailleurs ?

    Je vous remercie de vos “lumineuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *