Blanc, comme une année de clarté retrouvée !

Blanc
Comme le souvenir des joncs près du lac
Un matin d’hiver calme où les cygnes ont dansé
À Coole pour l’enfant sage et comblé dans la brume
Blanche de neige, que le songe a semée
Où sont-ils ces oiseaux de l’âme affleurés
Caressant l’onde à peine d’un ciel ignoré
Ô secret de l’espace
Ô libre vérité d’où leurs ailes fugaces
Emportent des ballets palmés
Soufflées d’entre les joncs blanchis

Dans le souvenir de l’enfant élégiaque
Parlant aux cygnes, j’ai laissé
Quelques questions au bord du lac

Bonne année à tous !

E.T.

PS: ce matin, Paris s’est réveillée blanche de neige. Douce merveille, intime alchimie. Que cette année nouvelle apporte à chacun la douceur, la grâce et la beauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *