C’est le printemps, en Mars… et sur Mars !

C’est le printemps !

Les cerisiers ont mis leur chemisier à fleurs
Les jonquilles s’éparpillent au pied des magnolias
Et les pommiers savants saupoudrent lentement
Leurs pétales de neige

L’esprit de l’air est là
Dans le clair de ces voix d’ondines
Accourant dévalant éclaboussant des cimes
Et vibrant aux éclats : c’est l’eau de la lumière !

dunes polaires dégelant sur Mars

Et puis, c’est aussi le printemps… sur Mars !

Cette photo, superbe, abstraite, énigmatique, montre les dunes polaires d’un sol martien en train de dégeler. S’élevant chaque jour un peu plus dans le ciel de l’hémisphère Nord de Mars, le Soleil fait fondre progressivement la glace d’eau ou de dioxyde de carbone qui recouvre la surface de la planète, laissant apparaître la couleur sombre de son sable basaltique.

En réalité, dans l’atmosphère ténue de Mars, la glace ne fond pas : elle se sublime (c’est-à-dire qu’elle passe directement de l’état liquide solide à l’état gazeux). Là où la couche de givre est la plus fine, le sable sombre qui apparaît accélère même le processus en absorbant davantage la lumière, et donc l’énergie du Soleil. Il semble que de véritables jets de gaz puissent se former occasionnellement, perçant sous la pression accumulée une couverture de glace devenue trop mince par endroits et pulvérisant dans l’air le sable ainsi libéré. Peut-être est-ce l’explication des points noirs arrondis maculant cette mer de sable insolite comme des pores énigmatiques.

Bientôt, les barkhanes sculptées par les vents des saisons passées reprendront librement leur danse inachevée.
C’est le dégel, ici, là-bas, si loin… si proche ! Car l’astre radieux qui l’initie n’est autre que le feu céleste familier des terriens : il est notre étoile commune.

Sœurs planètes, unissez vos ivresses et joignez vos destins !
Dans la flamme de vies infinies,
S’épande la lumière… et le Soleil se lève !

ET