Crèche céleste, vive, ô berceau de lumière !

Tandis que sommeillent nos âmes
Alourdies par la vanité
D’ardentes vérités se trament

Au fond des espaces voilés
Où s’épaississent les secrets
Stellaires de fécondité

Des flots invisibles de lait
D’immatérielle maternité
Coulent de creusets oubliés

Et dans leurs ondes contenues
Survivent nos rêves émus
Au long des élans égarés

Vois dans la nuit de l’Innocence
Ces autres astres célébrer
L’aube espérée de la Présence

Puisse leur feu d’or nous guider
Jusqu’à l’écrin remémoré
Où comme exalté par l’Éther

S’éveille embrasé de mystère
Dans quelque alcôve insoupçonnée
Le divin enfant de lumière

Quelle merveille, cette crèche céleste au-dessus de laquelle un amas de joyaux stellaires semble convié à une oraison généthliaque, pour le simple plaisir de la lumière… ou davantage ! Guidera-t-il vers ce glorieux berceau de poussière interstellaire les mages royaux dispersés à travers notre galaxie ?

Au cœur de cette crèche inattendue, sculptant de sa propre lumière la nébuleuse qui l’a engendrée, une étoile nouvelle-née rayonne une lumière éternelle.

Qui sait le secret des espaces où le vide se recompose et la matière se sublime en étoiles ? Quelle conscience immaculée investit sa pleine et lumineuse majesté ? Quelle joie la traverse et s’en déverse avec tant de bonté pour rappeler à nos cœurs allégés la magie simple et douce des scintillements oubliés ? Ces scintillements insolites que Noël reviendra toujours éveiller dans nos âmes… émerveillées !

Du moins, espérons-le… 😉

Joyeux Noël à tous, et que dure l’éternité !

ET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *