Fluctuat nec mergitur

Après les eaux de mars (cf. post d’hier), voici les eaux d’avril : 😉

Fluctuat nec mergitur

La Seine, à l’abord de l’île de la Cité. Et Notre-dame, bien sûr…

Le navire — je devrais dire la nef ! — tangue un peu au bout de mon objectif, mais n’est pas submergé. Nec mergitur !

Comme le crépuscule descend, je regagne la rive à la nage 😉 :

Fluctuat nec mergitur

C’est beau, Paris !

ET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *