São as aguas de março

L’eau, la vie, Mars…

C’est étonnant comme notre vie mentale est balisée de toute part sans que nous en ayons vraiment conscience. Je ne parle pas ici des conditionnements en tout genre qui accompagnent notre vie quotidienne – conditionnements d’ordre social, politique, familial, civilisationnel, qui sont légion ! Mais sans qu’on le sache vraiment, on a tout un tas de conceptions sur le monde, l’univers, la vie, la matière, le temps, les animaux, le sommeil, les rêves, qui forment une sorte de cadre général à notre vie. Des croyances, au sens plus encore ethnologique que psychologique. On ne les formule pour ainsi dire jamais (pas même à soi-même), mais si on venait à apprendre qu’elles sont fausses, on en serait très surpris, voire bouleversé, et c’est ainsi qu’on apprendrait qu’elles exerçaient une sorte de poids caché sur notre esprit, une influence occulte sur notre conscience.

Il fut un temps où l’on pensait que la Terre était plate, ou que le Soleil tournait autour de la Terre. On ne se le disait pas tous les matins en se rasant – il est probable même que la plupart des gens n’avaient jamais réalisé qu’ils pensaient cela, qu’il y avait cela à l’arrière-fond de leur conscience. Mais un jour, on apprit qu’il n’en était rien.

Et pourtant, après tout, qu’est-ce que ça change ?

Or c’est cela que je trouve étonnant. Au fond, que le Soleil tourne autour de la Terre ou que ce soit l’inverse, qu’est-ce que ça peut bien faire ? Quiconque abrite en soi la flamme de la vérité jugera cette question parfaitement hérétique. Dangereuse, même, pour la connaissance, et même, bien au-delà de notre civilisation présente, pour l’humanité. Je partage totalement cet avis ! Et pourtant, il faut bien reconnaître que, dans les faits, la mécanique céleste n’a pas la moindre incidence sur la vie des citoyens, et même dans une large mesure sur leur représentation du monde.

C’est là où je voulais en venir.

Prenons un exemple : il y a ceux qui croient aux extraterrestres et ceux qui n’y croient pas. Étrangement, ils vivent très bien ensemble ! Heureusement, me direz-vous (certes !), mais c’est tout de même étrange qu’on puisse avoir des perspectives totalement différentes sur des questions parfois assez fondamentales et ne pas y accorder la même importance. Pire, on n’y prête en réalité pas la moindre attention !

J’ai mentionné cette vieille question des extra-terrestres pour une raison liée à la photo de Mars ci-dessus, mais il y a bien d’autres exemples plus fondamentaux : la matière, l’esprit, la réincarnation, Dieu, le CPE (OK, c’était pour rire 😉 )…

Une personne croyant à la survie de la conscience après la mort peut parfaitement vivre à côté d’une autre qui n’y croît pas, sans que jamais la question ne soit abordée, et sans que leur vie, leurs paroles, leurs actions soient le moins du monde distinguables ! Toutes deux peuvent même vivre ou travailler avec une autre qui ne s’est pour le coup jamais posé la question à elle-même ! Il y a probablement une croyance de cet ordre dans le fond de son esprit (de sorte qu’elle serait surprise d’apprendre qu’il en va de telle façon ou de telle autre), mais elle l’ignore, ou bien tout simplement s’en moque éperdument : ça n’a pas d’incidence sur sa vie, même mentale !

N’est-ce pas le signe que nos vies sont vraiment étriquées ? Que nos rapports humains sont terriblement maigres et sans substance, puisque nous nous cantonnons manifestement toujours à des domaines de notre expérience qui ne font pas appel à ces croyances cachées, toile de fond pourtant rigide de notre réalité mentale ? Ni avec les autres, ni pour nous-mêmes, bien souvent, nous n’explorons ces franges de notre esprit qui représentent le cœur de notre représentation du monde, beaucoup plus proche de notre identité humaine que ce à quoi nous nous rattachons pour nous évaluer les uns les autres ou nous juger nous-mêmes.

Bref. Reprenons : l’eau, la vie, Mars…
Quoi qu’on en dise, cette question éveille en nous des perspectives immenses, des horizons à couper le souffle. Serait-il possible qu’il y ait eu par le passé de véritables océans sur Mars ? Si ce fut le cas, et compte tenu de ce qu’on sait aujourd’hui sur la vie et ses origines, notamment au regard des théories de panspermie (ou tout du moins des éléments tangibles qui en soutiennent le principe, comme la présence de nombreuses variétés de molécules prébiotiques dans le milieu interstellaire), il y a de fortes chances que de la vie, au moins dans ses expressions les plus simples, ait bel et bien pris forme sur Mars ! Oui, sur Mars ! Aussi près ! Et si de l’eau liquide subsiste dans le sous-sol martien, cette vie pourrait même persister aujourd’hui ! Oui, si près dans l’espace-temps !

Quoi qu’il en soit, si de l’eau à l’état liquide a bien recouvert de vastes régions de la surface de Mars, il faut s’attendre à ce que des sels s’y soient formés, par exemple des sulfates ferreux. En s’évaporant (puisque manifestement, ces mers ont disparu), l’eau aurait fatalement laissé de fortes concentrations de ces sels sur le sol (un peu comme on observe de vastes champs de sel sur certains plateaux andins…). Comme on aimerait pourvoir observer ces fins cristaux argentés briller dans le soleil de Mars ! Mais bien sûr, les vents martiens n’auraient pas manqué entre temps de recouvrir ces sels d’une couche de poussière plus opaque, de ce fameux ton rougeâtre qui donne au sol de cette planète sa coloration si particulière. Mais imaginons, juste pour rire, qu’un véhicule venu d’ailleurs se pose sur cette planète, et se prenne à arpenter quelques arpents de cette terre jadis immergée. En patinant quelque peu dans le sable léger, elle pourrait retourner la poussière et présenter à la surface un sol plus clair ou plus brillant. Non ?

Eh bien regardez à nouveau la photo en tête de ce message…

São as aguas de março
fechando o verao
é a promessa de vida
no teu coração !

(Un salut en passant au merveilleux poète : Antonio Carlos Jobim !)

ET

Une réflexion sur « São as aguas de março »

  1. Bonjour Etienne,

    Vous savez, pour moi, vos notes sont exquises, mais je vous avoue que pour les lire je dois parfois m’y prendre à deux fois…tellement mon esprit est étriqué. Qu’importe, le jeu en vaut la chandelle et vos stéllaires aventures toujours nourrissent mon appétit de grimper les sommets d’une vie plus « connectée ».

    Encore une fois, merci de partager avec nous tant de grâce.

    PS: Ne me dites pas que vous allez de temps en temps vous balladez sur Mars avec votre 4×4!!!

    http://blog.mendes-france.com/2006/04/07/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *