Réel, virtuel… question de choix !

Acte 1 : Orsay, lac du mail, tombée de la nuit…

Comme la lumière du crépuscule se reflétait à sa surface impassible, l’étang du mail s’évanouit soudain pour n’être plus qu’un ciel ouvert, peuplé des arbres inversés qui le bordaient l’instant d’avant. Cet espace nouveau, aérien, infini comme l’azur sombre qui l’avait ouvert, où s’étendait-il ? Sur quoi avait-il été conquis ?

Pas sur l’étang lui-même : l’eau n’avait pas disparu ! Ce ne pouvait être que dans l’esprit qui l’observait. Virtuel, alors ? D’accord. Mais qu’est-ce que l’espace réel ? Un espace qui a de l’étendue ? Mais qu’est-ce que l’étendue ? Si c’est ce qui distingue « ici » et « là », et donc « ceci » et « cela », l’azur qui venait de remplacer l’étang du mail (c’est son vrai nom !) séparait lui aussi cet arbre-ci et ce tronc-là. Virtuel, quand même ? Alors, qu’est-ce que l’espace réel ? Un espace où je peux me déplacer ? Mais le ciel « réel », au-dessus du lac, puis-je m’y déplacer ? Non, certes. Mais l’oiseau, lui, le pourrait…

Et en voici un, justement ! Un merle noir — limpidement noir ! — superbe sur le fond d’azur crépusculaire, lumineusement sombre, dans la pureté majestueuse de l’hiver, comme s’il découpait l’indigo profond au contour de ses ailes, pour n’y laisser que le néant de la lumière, l’infini du regard, ininterrompu. Il plane, se dirigeant vers cet arbre, là-bas. Il explore l’espace : oui, cet espace est réel !

Mais baissant aussitôt les yeux vers le ciel inversé de l’étang, ne vois-je pas maintenant, aussi nettement, aussi intensément ce même merle achever son vol et se poser là, sur cet arbre invité par les eaux ? L’oiseau s’y déplace ! C’est évident : cet espace est réel ! Sauf que… c’est de ce côté-ci que je suis, moi : l’espace réel, c’est le mien !

Acte 2 : Dix minutes plus tard, dans le RER me ramenant à Paris, la nuit est tombée et comme je lève les yeux du livre qui m’absorbe, j’aperçois mon visage reflété par la vitre. Hmm, cet espace qui revient… Mais cette fois, plus moyen d’éluder la question ! Dans l’espace derrière la vitre, je peux bouger : Je m’avance, recule, pivote, incline la tête. Mais le lac du mail semblait formel 😉 : « l’espace réel, c’est le mien ! ». Celui où je suis…

Je ? Suis ?
Mais comment sais-je que je suis de ce côté-ci ? D’où me vient ce sentiment d’être « ici » et non « là ». Pourrais-je « localiser » ma conscience là-bas, derrière la vitre ? Dans l’autre tête ? Je sens que je le pourrais, mais… je n’y arrive pas complètement. Aaargh ! Presque. Je pense trop !

OK, OK, c’est donc dans cet espace-ci que « je suis » vraiment. L’autre n’est qu’une image. Un reflet. D’ailleurs, dans celui-ci, je peux non seulement incliner la tête, mais aussi étendre la main et sentir le livre, tourner ses pages ! Sauf que… aie aie aie… l’autre aussi, là, il tourne les pages de l’autre livre ! Et voilà qu’en me concentrant davantage, je m’habitue à coordonner mes gestes à l’envers, et… ça y est, c’est sûr : c’est de l’autre côté que ma main vient de tourner cette page ! Le réel, ça peut donc aussi bien être l’autre ! Si j’investis ma conscience dans cet ailleurs, c’est là que je suis finalement. C’est là que… je suis en train de sentir le livre résister à la pression de mes doigts !

Il suffit que je m’identifie à cette image reflétée pour faire de cet espace l’espace réel. Rien ne peut distinguer les deux. Physiquement non plus ! On dira : « mais si, l’autre, la tête reflétée, elle n’est qu’une image, une superficie, on ne peut pas l’ouvrir et découvrir un cerveau à l’intérieur ! » Ah bon ? Mais c’est pourtant ce que je viens de faire. L’image de ma main aussi n’était qu’une superficie, n’avait qu’une face. Et pourtant, je l’ai tournée, et j’ai vu qu’elle avait aussi un dos ! Vous dites que c’est parce que je l’ai tournée dans l’espace réel. Mais si nous relocalisons notre conscience de l’autre côté, c’est cette main-ci qui n’a qu’une face, et si le dos apparaît maintenant, c’est parce qu’elle a été tournée de l’autre côté du miroir ! Le chirurgien, opérant devant le miroir, découvrira tout aussi bien le cerveau dans le reflet. Et toutes les expériences physiques que vous voudrez bien faire donneront exactement les mêmes résultats : l’autre monde est mesurable ! Concret ! Les curseurs, quels qu’ils soient, pointeront sur les mêmes marques des mêmes appareils de mesure. Les deux mondes sont indistinguables !

Et alors ? Bah, je ne sais pas. Mais ne se crée-t-on pas des limites artificiellement étroites en localisant la conscience dans le corps « réel », quand rien, absolument rien ne nous impose de choisir que c’est dans ce monde-ci plutôt que dans celui-là que l’impulsion mentale est donnée aux muscles pour tourner et retourner indistinctement cette main-ci et cette main-là ? Réel, virtuel… question de choix !

Mais la question demeure : qu’est-ce qui me donne l’impression que je suis localisé « là » ? L’interaction avec les autres éléments, êtres, objets ? Mais nous pourrions tous être « ailleurs » ! À moins que ce ne soit l’inverse : ce n’est pas que nous soyons « là », c’est que « là », c’est précisément « où nous sommes ». Par habitude, nous sommes « bêtement » là. Peut-on briser cette habitude, et ouvrir les espaces ?

L’oiseau qui s’est posé sur cette branche noire au beau milieu du lac du mail a disparu dans les ombres du soir. Il a dû trouver la sortie…

Acte 3 : J’ai bien fait d’aller travailler 😉

Il se passe décidément de ces choses, dans le RER… En tout cas, on s’instruit. Bref, aujourd’hui, j’ai bien fait d’aller travailler ! Enfin… ça me rappelle ceci, que j’ai lu justement hier :

Méthode ASSIMIL, espagnol, leçon 9 :

Un recién casado vuelve sonriente del trabajo :
— ¡Da gusto verte volver contento del trabajo! Te gusta mucho tu trabajo, ¿verdad?
— ¡Mi amor, por favor, no confundas la ida con la vuelta!

A bientôt,
ET

4 réflexions sur « Réel, virtuel… question de choix ! »

  1. Bravo, pour ces quelques grammes de finesse interstellaire dans un univers de brut… 😉
    Reste avec nous E.T., rentre pas à la maison de suite. Ton chez toi, il est chez nous !

  2. Cet espace est réel ???

    Le monde que vous qualifiez de réel, se moque en fait de vous qui cherchez à prouver sa réalité pendant que de votre propre réalité vous êtes incertain…

    Le monde n’exista pas de lui-même et il n’est pas d’avantage conscient de sa propre existence.

    « Mais la question demeure : qu’est-ce qui me donne l’impression que je suis localisé « là » ? »
    Il existe une alternative, une hypothèse de travail 😀 : accepter d’abord l’irréalité du monde… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *